Mobilisation. Reporter nantais écroué en Turquie: le bras de fer

...
Loïc Bureau, père de Loup Bureau, reporter arrêté en Turquie.

Campagne d’information sur les réseaux sociaux, pétition : les proches de Loup Bureau multiplient les initiatives pour obtenir la libération du reporter.

"Je ne vais pas laisser mon fils moisir cinq mois en prison." La sentence signée Loïc Bureau, professeur d’histoire-géographie au lycée Albert-Camus à Nantes, a trouvé une caisse de résonance sur le Net. Les amis de Loup Bureau, journaliste nantais de 27 ans arrêté le 26 juillet par les autorités turques alors qu’il était parti en reportage, multiplient les initiatives et donnent de la voix pour réclamer sa « libération immédiate ».

Mobilisation générale

En une petite semaine, un comité de soutien a vu le jour. Une pétition en faveur de Loup Bureau a recueilli plus de 22 200 signatures. Et ses camarades d’écoles de journalisme orchestrent une campagne de lobbying intense sur les réseaux sociaux. Tous dénoncent la détention arbitraire de Loup Bureau, mis en examen pour « participation à une entreprise terroriste armée » et incarcéré dans une prison à Sirnak. « Des accusations sans aucun fondement, note son comité de soutien. La seule raison pour laquelle Loup Bureau a été interpellé, c’est parce qu’il est journaliste. Il est le troisième journaliste français arrêté en Turquie en douze mois. »

"Force pour se battre"

Ses amis promettent de se mobiliser sans faille jusqu’à son retour.

Loïc Bureau se réjouit de cette mobilisation. « L’engagement des amis de Loup donne de la force pour se battre. Et j’ai cru comprendre que ça embête le gouvernement turc. Il faut continuer pour faire bouger les choses… »

Vendredi soir, l’Elysée a indiqué que le président Macron devrait s’entretenir avec le président turc Erdogan « dans les prochains jours » et aborder avec lui le cas de Loup Bureau.

Dossier complet dans Presse Océan ce dimanche 13 août.